Inspirations

L’invitation – traduction libre du texte de Oriah Mountain Dreamer

Vous trouverez ci-dessous la traduction libre vers le français du texte “The Invitation” de Oriah Mountain Dreamer, source d’inspiration quotidienne pour moi dans mes relations privées, dans la vie, mais aussi lorsque j’accueille des personnes dans le cadre de mes métiers.  On pourrait difficilement mieux décrire, je pense, la passion qui m’anime.

 

L’invitation

 

Peu m’importe comment tu gagnes ta vie.  Je veux savoir quel est ce désir qui brûle en toi à t’en faire mal et si tu oses rêver rencontrer le désir de ton cœur.

 

Peu importe quel âge tu as.  Je veux savoir si tu es prêt à risquer de paraître ridicule pour l’amour, pour ton rêve, pour l’aventure d’être en vie.

 

Peu m’importe quelles planètes sont en conjoncture avec ta lune… Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre tristesse, si tu as été ouvert par les trahisons de la vie ou si tu t’es ratatiné ou refermé de peur d’une douleur de plus.

 

Je veux savoir si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne, sans bouger pour la cacher ou pour l’estomper ou pour la guérir.

 

Je veux savoir si tu peux être avec la joie, la mienne ou la tienne. Si tu peux danser sauvagement et laisser l’extase te remplir jusqu’au bout des doigts et des orteils sans nous mettre en garde que nous devons être prudents, réalistes ou nous rappeler les limitations de l’être humain.

 

Peu m’importe que l’histoire que tu me racontes soit vraie ou fausse, je veux savoir si tu es capable de décevoir un autre pour rester fidèle à toi-même.  Si tu peux supporter d’être accusé de trahison et ne pas trahir ta propre âme.  Je veux savoir si tu peux être sans foi et donc être digne de confiance.

 

Je veux savoir si tu peux voir la Beauté même quand elle n’est pas jolie tous les jours. Et si tu peux nourrir ta propre vie à la source de sa présence.

 

Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien et le mien, et néanmoins te tenir au bord du lac et crier vers l’argent de la peine lune : « Oui ! ».

 

Peu m’importe de savoir où tu habites ni combien tu as d’argent.  Je veux savoir si tu peux te lever après une nuit de chagrin et de désespoir, épuisé et meurtri et faire ce qui doit l’être pour nourrir les enfants.

 

Peu m’importe qui tu connais, ni par quel chemin tu es venu ici.  Je veux savoir si tu te tiendras au centre du feu avec moi sans reculer.

 

Peu m’importe ce que tu as étudié, ni où, ni avec qui.  Je veux savoir ce qui te soutient de l’intérieur quand tout le reste s’est évanoui.

 

Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même et si tu aimes réellement la compagnie que tu fréquentes dans les moments de vide.

Please follow and like us:

Une réflexion au sujet de « L’invitation – traduction libre du texte de Oriah Mountain Dreamer »

  1. Merci d’avoir pris le temps de traduire ce magnifique poème! Je me permet de partager que quelques une de vos traduction me semble s’écarter du sens original du poème. Ce n’est que mon interprétation, je vous l’offre, faîtes en ce que bon vous semble 🙂

    Faithless signifie déloyal et non “sans foi”. “To keep company” signifie littéralement “tenir compagnie”, la traduction de la dernière strophe est donc complexe. Je propose “… si tu aimes réellement la présence que tu offres dans les moments de vide”??? Je ne sais pas, d’autres traduction disent carrément “… si tu es vraiment heureux en ta compagnie dans les moments de solitude”… ce qui sonne bien mais me semble un peu réducteur.

    Encore une fois, merci cette traduction et ce partage qui me fait chaud au coeur 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.